AMÉRIQUE DU NORD & CENTRALE

L’Amérique du nord, est la partie septentrionale du continent américain, comprenant tout l'ensemble des terres américaines se succédant depuis les abords du pôle Nord jusqu'à l'isthme de Panama. On la divise parfois en deux parties, dont l'une, l'Amérique du Nord proprement dite, comprend le Canada, les Etats-Unis d'Amérique et le Mexique, et l'autre, l'Amérique Centrale.
L'Amérique Centrale est la région du continent américain, unissant l'une à l'autre les masses terrestres du Nord et du Sud, et commençant à l'isthme de Téhuantepec pour finir à ceux de Panama et de Darien. C'est la partie la plus étroite de l'Amérique, la région des isthmes, très montagneuse, volcanique, secouée par de fréquents tremblements de terre. Les Etats du Mexique méridional empiètent sur le territoire de l’Amérique centrale que se partagent en outre, entre le golfe du Mexique et la mer des Antilles à l'Est et l'océan Pacifique à l'Ouest, le Honduras britannique et les six républiques de Guatemala, Salvador, Honduras, Nicaragua, Costa-Rica et Panama. Le territoire de cette dernière république est complètement séparé en deux parties distinctes par la zone américaine du canal de Panama.

Si les Scandinaves ont découvert et colonisé au moyen âge (r siècle) le Groenland et sans doute quelques points des côtes orientales de l'Amérique du Nord (Vinland), Christophe Colomb demeure néanmoins le vrai découvreur du Nouveau Continent. Il a, le premier, abordé aux Antilles (12 octobre 1492), qu'il a explorées par la suite, comme aussi une partie des rivages de la terre ferme. Ses compagnons ont continué la découverte, et l'un d'eux (Améric Vespuce) lui a ravi l'honneur de donner son nom à l'Amérique.

Ils ont si bien travaillé, eux et leurs continuateurs (Cabral au Brésil en 1500, Solis au Rio de la Plata en 1516, Magellan en 1520), que, dès la fin du premier quart du XVIe siècle, toutes les côtes orientales du Nouveau Monde étaient reconnues depuis le détroit de Magellan au Sud, jusqu'à Terre-Neuve et l'estuaire du Saint-Laurent au Nord. Soto parcourait la vallée inférieure du Mississipi, et Jacques Cartier remontait le Saint-Laurent jusqu'à Montréal (1535). Arrêtée pendant un temps (seconde moitié du XVIe siècle), alors que les maîtres du Nouveau Monde se préoccupent surtout de l'exploitation de ses richesses minières, l'exploration reprend au XVIIe et au XVIII siècle. Elle complète la reconnaissance des côtes orientales du continent américain (Baffin, Hudson) et de ses côtes occidentales (Vancouver, Cook) que Béring a prouvé, en 1728, être séparées de celles de l'Asie nord-orientale ; à l'intérieur de l'Amérique du Nord, elle amène la découverte des grands lacs canadiens, puis celle des montagnes Rocheuses (Varenne de La Vérendrye), la reconnaissance complète du Mississipi (Joliet, Cavelier de La Salle) ; enfin, l'exploration des territoires glacés du Nord-Ouest canadien (Hearne, Mackenzie), et elle précise la connaissance des Antilles.
Dans le Nord, la géographie des Etats-Unis et du Canada acquérait graduellement une précision que les ingénieurs des surveys américains ont portée à l'extrême dans la seconde moitié du XIXe siècle et dans le premier quart du siècle suivant. Cependant, Karl Sapper précisait les connaissances sur l’Amérique Centrale.